Rendez-vous en lac inconnu

Posté dans : Pérou | 1

Lac Titikaka

Nous voilà maintenant à Puno, porte d’entrée du Lac Titicaca, l’un des plus hauts lacs navigables du monde, situé à plus de 3800 m d’altitude. Sur les conseils d’Emilie et Nicolas, qui ont eu la chance de sillonner les routes d’Amérique du Sud pendant six mois l’an dernier et qui nous servent d’agents de voyage, nous avons choisi d’aller passer une nuit sur une île du lac dans une famille locale. Une magnifique expérience.

Iles d'Uros - Au revoir
Iles d’Uros – Au revoir

Avec notre groupe composé d’une famille américaine et Baptiste, le médecin suisse, on a fait un premier stop sur l’une des 60 îles flottantes qui compose les Uros. Après nous avoir expliqué le fonctionnement de la communauté, leur façon de se nourrir, de construire ces îles flottantes, la chef de l’ile nous a gentiment présenté la palette de souvenirs qu’on pourrait ramener chez nous en échange de quelques soles. L’histoire de ces iles est belle, mais il y a aujourd’hui comme petit air de Disney Land qui enlève quand même un peu de charme. Un petit tour en bateau en totora plus tard, nous voilà repartis en direction de notre objectif : l’île d’Amantani.

Arrivé sur l’île d’Amantaní, le dépaysement est total. Au port, quelques habitants nous observaient timidement. Avec le bleu du lac, le sol caillouteux de l’île et la rusticité de certaines habitations, on avait un peu l’impression d’être dans un petit village perdu le long de la mer Méditerranée quelque part en Corse, en Sicile ou dans les Balkans.

On avait lu dans les guides qu’il fallait ramener un cadeau à la famille. Pour dire vrai on s’attendait au truc un peu touristique, une famille qui voit passer des nouvelles têtes tous les deux jours et qui du coup se retrouve avec plus de crayons de couleur qu’une école primaire, assez de riz pour ouvrir un restau chinois, et de la crème hydratante par kilos. On s’est trompé. Il y a environ 800 familles qui vivent sur l’île d’Amantaní et un système de rotation bien défini régit la répartition des touristes dans les familles d’accueil. Du coup une famille ne reçoit en principe pas plus d’un ou deux touriste(s), ou groupe(s) de touristes, par mois.

L'ile d'Amantani - Nos hotes
L’ile d’Amantani – Nos hôtes

On a atterri chez Luis et Ana, qui recevaient des invités pour la septième fois en deux ans. On a eu la chance de partager leur quotidien pendant deux jours, sans filtre, sans discours et attitudes préformatées. Eux, comme nous, étions dans la découverte totale. L’espagnol aidant nous avons pu échanger avec notre hôte qui s’est montré étonnamment bavard et curieux avec nous. En discutant avec lui on s’est rendu compte qu’ils étaient loin d’être gâtés. Pas d’électricité, pas d’eau courante, un régime alimentaire peu varié puisqu’ils mangent ce qu’ils produisent (sur une île à 3800m d’altitude) : pomme de terre, quinoa et maïs. Jamais de fruits, pas de riz, peu de sucre. C’est à ce moment-là qu’on s’est senti con d’avoir apporté seulement un pot de crème Nivea comme cadeau. On avait en plus un reste de gâteau au chocolat, qui bien qu’à moitié entamé, à vraiment fait plaisir aux trois enfants du couple.

En guise de digestion, on a eu le droit à une marche en direction d’un lieu sacré dédié à Pacha Mama (Terre Mère) situé à 4000 m. Armés de nos gants en Alpaga et avec la sensation d’avoir un seul poumon, on a marché une heure à travers de nombreuses terrasses, héritage des Incas, qui recouvrent les flancs de l’île.

L'ile d'Amantani
L’ile d’Amantani

Vous regarderez les photos, la vue sur le lac, et les montagnes boliviennes sous une météo orageuse vaut vraiment le détour ! Le spectacle folklorique en habits traditionnels le vaut un peu moins. La bière aidant, on a quand même bien rigolé à essayer les danses locales, une grande farandole, main dans la main, en tournant en rond au rythme de la flute de pan.

Le lendemain matin, nous avons fait une halte sur l’île voisine de Taquile le temps de déguster une truite du lac sur une terrasse avec vue. Les paysages y sont jolis, mais l’ile est moins intéressante. Il faut dire que les gamins ou les anciens qui demandent un sol pour être pris en photo gâchent un peu la magie du lieu.

Ces quelques jours en terre inconnue nous ont donné l’impression d’avoir vécu une expérience hors du temps, authentique, enrichissante et pleine de partage.

Toutes nos photos sont ici

Mélina et Julien, qui s’attaquent aux 1000 agences de Cuzco pour visiter le Machu Picchu

Une réponse

  1. Les coucous
    | Répondre

    Salut les globe-trotteurs,
    15 Janvier – 15 Juillet
    7 mois depuis votre départ ….
    Contents que vous ayez apprécié la Colombie car nous aussi on avait des a priori sur ce pays et on avait un peu peur pour votre sécurité. Nous voilà tout à fait rassurés.
    Après la balade à dos de chevaux et le parapente en Colombie, vous en avez testé des moyens de locomotion (en passant par la sortie en bolide déguisé en Mario à Tokyo : Celle-ci, elle nous a marqué. Mais sans doute pour vous, ce n’est surement pas elle qui vous restera le plus en mémoire) Vous nous offrez encore des photos avec des paysages grandioses, certes différents des grands canyons mais splendides.
    Merci encore de nous faire découvrir de nouveaux animaux inconnus encore à ce jour, à savoir, les cuy (couilles) qui ressemblent étrangement à des cochons d’inde mais dont le nom nous fait rêver (Ils les mangent les cuy ?) ainsi que le fameux « flamand bleu »animal incroyable avec son panache bleu et sa poche dorsale avec fermeture éclair svp. Nos amis les bêtes nous surprennent toujours …
    Et alors ça fait quoi de se faire cracher dessus par un lama ? Vous nous direz ?
    Notre petit regret : Ne pas avoir de photos de votre danse folklorique endiablée en habits traditionnels au son de la flute de pan #onaratéça
    Vous vivez vraiment des moments de « ouf » comme quand vous partagez le quotidien de cette famille sur l’île d’Amantaní en restant chez eux quelques jours. Pour notre plus grand bonheur « Rendez-vous en terre inconnue » avec Mélina et Julien accueilli chez Luis et Ana. Quelle belle aventure humaine !!!
    Nous attendons avec impatience vos prochaines News en direct du Machu Picchu en espérant que sur les 1000 agences vous arriviez à trouver votre bonheur.
    Nous pensons bien à vous,
    Bisous à tous les deux de la part des Coucous en direct du Poiré sur vie où nous entamons les derniers jours avant notre départ vers des terres un peu moins inconnues, un peu plus connues, un peu moins loin aussi mais avec surement des animaux incroyables. Enfin on vous dira ça lorsque nous aussi on aura vécu notre voyage de « ouf » qui nous emmènera vers une région pleines de surprises …
    Bien sûr, il s’agit de ……..la Drôme Provençale #depuisletempsqu’onenrévait

Répondre